Union Sportive et Amicale Montbronnaise : site officiel du club de foot de MONTBRON - footeo

Foot Ligue Europa

16 mai 2018 - 23:18

l'Atlético mettent fin au rêve de l'OM

L'OM a perdu mercredi contre l'Atlético de Madrid (0-3) sa troisième finale de Ligue Europa, après 1999 et 2004. Dimitri Payet est sorti sur blessure. Antoine Griezmann a brillé.

Football - Football - Antoine Griezmann a mis fin au rêve de l'OM. (S.Mantey/L'Equipe)

Antoine Griezmann a mis fin au rêve de l'OM. (S.Mantey/L'Equipe)

Le match : 3-0

Poussés par leurs supporters dès leur échauffement, les Marseillais ont commencé la rencontre comme des morts de faim. Ou des chiens fous, à l'image de Lucas Ocampos. Dans le brouillard né des fumigènes allumés dans le virage marseillais, ils se sont procuré les occasions les plus intéressantes pendant les vingt premières minutes. Si celles de Rami (6e), Sarr (12e) ou Payet (19e) n'étaient pas franches, celle de Valère Germain est à ranger dans l'armoire à regret.

Idéalement servi par Payet, l'ancien Monégasque s'est présenté devant Jan Oblak, mais il a complètement raté sa frappe (4e). Face à cette furia, les Colchoneros ont d'abord plié, avant de mettre un premier coup de bambou aux Marseillais : à la suite d'une erreur partagée entre Mandanda (pour sa relance dans l'axe) et Anguissa (pour son contrôle raté), Antoine Griezmann a ouvert le score (21e).

    

Le deuxième coup dur est intervenu dix minutes plus tard. Longtemps incertain pour cette rencontre, Dimitri Payet a été contraint de renoncer. Sorti en pleurs, l'international français a cédé sa place à Maxime Lopez. Sans son maître à jouer, l'OM s'est mis à déjouer. Bien aidé en cela, il est vrai, par les Colchoneros.

Dans leur style, ils ont réussi à casser le rythme de la rencontre, à base de touches jouées très lentement, de roulage par terre à chaque contact. Ils ont alors mis la main sur le match, sans donner le sentiment de forcer. Pendant ce temps-là, les supporters de l'OM allumaient d'autres fumigènes et pétards et se faisaient sermonner par l'UEFA, qui menaçait d'interrompre le match.

   

S'ils ont continué de chanter et de pousser leur équipe toute la rencontre, ce qu'ils ont vu sur la pelouse n'avait pas de quoi les enthousiasmer. Sous une averse orageuse, qui a accueilli les joueurs au retour des vestiaires, la défense olympienne a cédé une deuxième fois, sur un nouveau but d'Antoine Griezmann(49e). C'en était trop pour les Marseillais.

Privés de Payet, menés de deux buts, ils ont placé quelques timides banderilles (sur l'une d'entre-elles Mitroglou a touché le poteau) mais cet Atlético était vraiment trop fort. Gabi les a d'ailleurs punis dans les dernières minutes de la rencontre (89e), alors que des supporters balançaient des pétards, dont un a atterri juste à côté de Jan Oblak. C'est sous une fumée épaisse qu'ils ont célébré leur victoire dans cette Ligue Europa.

  Payet est sorti sur blessure.  (S.Mantey/L'Equipe)Payet est sorti sur blessure. (S.Mantey/L'Equipe) 

Le tournant : la sortie de Payet

Bien sûr, le premier but encaissé à la suite des erreurs de Mandanda et Anguissa a affecté les Marseillais. Mais c'est sans commune mesure avec la sortie de Dimitri Payet. Alors qu'il s'était montré adroit dès la quatrième minute, en servant idéalement Valère Germain, et précieux sur ses coups de pieds arrêtés, il a finalement été contraint de sortir à la demi-heure de jeu. Sans lui, l'OM n'avait plus d'idée et était comme tétanisé. Être privé de son meilleur joueur aussi tôt dans la rencontre, insurmontable pour l'OM.

  Antoine Griezmann a trompé Mandanda à deux reprises. (Reuters)Antoine Griezmann a trompé Mandanda à deux reprises. (Reuters) 

Le joueur : Griezmann, homme de finale

Antoine Griezmann restait sur deux échecs en finale : il y a deux ans, il avait perdu celle de la Ligue des champions puis de l'Euro. Il a fait mentir l'adage «jamais deux sans trois». Travailleur, n'hésitant pas à monter au pressing, il a ouvert le score en récupérant un contrôle raté d'Anguissa. Le ballon est arrivé dans ses pieds et il a fait un tout droit pour défier, et battre, Steve Mandanda. Il a doublé la mise au retour des vestiaires. Sur ce but, il a un peu tout fait : il s'est appuyé sur Koke pour remonter le ballon et se présenter devant Mandanda. Qui a vu le ballon passer au-dessus de lui. De bon augure avant le Mondial...

Commentaires